Les petits vieux n’ont pas dit leur dernier mot – Jean-Louis Serrano

Résumé :

À 90 ans, Pierre a bien mérité de couler des jours heureux. Mais dans sa maison de retraite, il n’y a aucune chance que ça arrive ! Maria, l’horrible femme de ménage, lui en fait voir de toutes les couleurs ainsi qu’aux autres pensionnaires. Entre insultes et humiliations, les petits vieux n’en peuvent plus.

Alors quand Maria est retrouvée assassinée après avoir été poussée dans l’escalier, les soupçons se portent immédiatement sur Pierre. Après tout, c’était lui son principal souffre-douleur et, avec son Alzheimer, qui sait de quoi il est capable ?

L’inspecteur « Moustache », chargé de l’affaire, n’est pas très futé. Alors, les petits vieux décident de prendre l’enquête en mains. Et Dieu que c’est drôle d’aller fouiner dans les vilains petits secrets des uns et des autres… une vraie seconde jeunesse. Attention, ça va décoiffer, le gang des petits vieux en déambulateurs n’a pas dit son dernier mot !

 

Mon Avis :

Ce récit est un peu particulier, déjà parce que la couverture nous induit en erreur, ici pas d’enquête mais plutôt un constat doux-amer sur une fin de vie en institution.

C’est peut être parce que mon histoire personnelle a fait que ma grand mère a terminé sa vie atteinte de la maladie d’Alzheimer à l’hôpital, que j’ai eu plus de peines que de sourires pendant ma lecture. Au final l’histoire de Pierre maltraité quotidiennement par Maria la femme de ménage, m’a vraiment dérangée. Des exemples récurrents dans les journaux prouvent tous les jours que les maltraitances chez nos ainés sont trop souvent admises.

Mais Maria va finir morte en bas d’un escalier, alors est-ce un hasard bien heureux pour les pensionnaires ou juste le ras le bol d’un qui a décidé que c’était trop et l’a poussée. Le doute va s’immiscer et il sera difficile de déterminer quelles sont les circonstances de la mort.

Ce qu’il faut retenir c’est les belles histoires d’amitiés, d’amour, de ces hommes et femmes qui savent leur fin proche. C’est vraiment très particulier à lire, d’une part ce climat très oppressant des institutions médicales qui à la fois infantilises et diminues trop souvent les patients mais qui aussi permettent à beaucoup de ne pas être seule au quotidien et pouvoir parler, sourire et rire des petits plaisirs de la vie. Et d’autres part c’est aussi un récit qui nous met fasse à certaines de nos actions mais aussi à ce qui sera surement notre fin pour beaucoup.

C’est en ça que cette lecture est douce amère, elle nous projette dans un futur qui fait tout sauf rêver et qu’on oblitère le plus longtemps possible de nos existences.

Ce roman est très bien écrit et facile à lire, c’est encore plus paradoxal au vu des sujets qui sont traités. Je le conseille si vous avez un moral fort, pour les plus sensibles attention car certains passages font vraiment mal au cœur.

AMAZON

Editions City – Date de parution : 16 Juin 2021 – Pages : 272 – Prix : 17.50 € en Broché ( 11.99 € en Ebook).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s